L'alliance franco-ottomane

06/02/2024

François 1er est sans aucun doute le roi le plus emblématique de la Renaissance. Son règne long de 32 ans (1515-1547) est marqué par d'importantes guerres et accords diplomatiques. Même si l'on ne doit pas les origines de cette alliance avec l'Empire ottoman à François 1er, cette bonne entente qui date du début du 16è siècle est l'une des plus importantes de la France.

Afin que Bajazet II garde son trône ottoman, ce dernier signe en 1500 un premier traité avec Louis XII afin que son frère et rival Zizim reste emprisonné en France. Cette première Capitulation voit accorder aux français des concessions en Égypte.

Mais ce qui amène François 1er a signé une seconde Capitulation avec un sultan ottoman est tout autre. Après sa défaite à Pavie le 24 février 1525, sa volonté de trouver des alliés pour faire face à son rival Charles Quint, s'intensifie. Et c'est en la personne de Soliman le Magnifique qu'il voit un allié de taille pour faire face au puissant empereur Habsbourg.

Néanmoins, François 1er demeure emprisonné à Madrid. C'est alors sa mère et régente du royaume, Louise de Savoie, qui va envoyer une mission vers Constantinople. Mais celle-ci se perd en chemin. Une deuxième mission est donc envoyée et une réponse positive revient le 6 février 1526. François 1er et Soliman II partagent les mêmes ambitions : accroître leur légitimité dans leurs possessions européennes. Mais le roi français perd ses batailles en Europe et se voit contraint de fournir des galères à Charles Quint pour lutter contre les ottomans. Ce qui ne les empêchera pas d'assiéger Vienne à deux reprises !

A partir de 1528, des traités sont régulièrement signés entre les deux pays. Et grâce à Jean de la Forest, premier ambassadeur français à la cour ottomane, les Capitulations sont signées le 18 février 1536. Ainsi, la France possède un quasi monopole sur le commerce ottoman, car seuls les vaisseaux avec une bannière française sont autorisés à commercer avec la Turquie. De plus, les français peuvent pratiquer leur religion librement au sein de l'Empire ottoman, et les catholiques français se voient confier la garde des lieux saints.

Ce traité sera reconduit en 1604 et pendant les trois siècles qui suivent le début de l'alliance, les Ottomans continuent de respecter leur engagement et protègent les communautés chrétiennes dans l'empire. Les rois français vont ainsi maintenir et continuer d'appliquer une politique pro-ottomane. Plusieurs ambassades ottomanes sont reçues à la cour de France tout au long de l'alliance.

Mais les relations avec l'Empire Ottoman sont entachées en 1798 lorsque Napoléon 1er envahit l'Égypte et combat les ottomans. Malgré cela, Napoléon tente de se justifier en disant : "Peuples d'Égypte, on vous dira que je suis venu pour détruire votre religion : ne le croyez pas ! Répondez que je suis venu pour restaurer vos droits et punir les usurpateurs et que, plus que les Mamelouks, je respecte Dieu, son Prophète, et le Coran […] N'avons-nous pas été au travers des siècles les amis du Sultan ?"

La dernière alliance entre la France et l'Empire ottoman remonte à 1854, quant avec la Grande-Bretagne, ils s'engagent contre la Russie dans la guerre de Crimée.


@enzoguyot et @histoiredesavoir